haut

Mouvements


Cette nuit-là, recroquevillée dans mon lit simple, j’ai un peu pleuré devant tant de beauté; le havre, le fleuve, l’amour.



Table des matières

  1. Description de l’œuvre
    Une fiche descriptive de l’œuvre et de ses éléments techniques.
  1. L’œuvre
    Un résumé de l’œuvre et une présentation de l’expérience d’usager.
  1. Ressources éducatives
    Des ressources éducatives qui sont constituées de pistes d’exploitation, de contenus pédagogiques, d’expérimentation sur la réception de l’œuvre ainsi que de la démarche de création.

Description de l’œuvre

Auteur.rice/illustrateur.rice

Catherine Voyer-Léger

Éditeur.rice.s 

N/A

Autres contributeur.rice.s 

N/A

Date de la première publication et dernière mise à jour connues

2018

Langues 

français

Système opératif et support requis

Expérience proposée :

  • Blog
  • Microrécit
  • Billet

Fonctionnalités numériques et caractéristiques médiatiques :

  • Ressources multimodales
  • Commentaires
  • WordPress

L’œuvre

Mouvements est un blog rédigé par Catherine Voyer-Léger. Ce projet littéraire, présenté comme un laboratoire de création, permet de faire incursion dans la vie de l’autrice par l’entremise de 39 microrécits portant sur la notion de mouvement. Inspirés par un sentiment d’errance perpétuelle, muté en un enracinement à la naissance de son premier enfant, les billets illustrent des moments du quotidien et les réflexions suscitées lors des changements de la vie.

La page d’accueil, qui rappelle l’interface d’un compte Instagram, regroupe des photos illustratives des textes. Chacune donne accès à un billet. La lecture peut se développer de façon aléatoire – en commençant à la page d’accueil – ou bien de façon linéaire, en faisant défiler un texte après l’autre à l’aide de flèches se trouvant au bas de chaque page. 

À l’instar d’un journal intime, le blog n’affiche pas une intrigue, mais chaque texte présente un moment distinct de la vie de Voyer-Léger. Néanmoins, des thèmes phares se dégagent, tels le regard sur la jeunesse, la peur, la force ainsi que la maternité.

Les textes sont regroupés en trois catégories. 

La première est celle qui rassemble les 13 récits dont les titres débutent toujours par Intérieur (Intérieur nostalgie ; Intérieur hanté ; Intérieur fini ; Intérieur détective ; Intérieur gourmand ; Intérieur explosif ; Intérieur plastique ; Intérieur propre ; Intérieur arc-en-ciel ; Intérieur rouge ; Intérieur aube ; Intérieur nuit ; Intérieur jour). Tous ces textes présentent des scènes d’intérieur et des moments relatifs à la vie familiale de l’autrice, et notamment au rapport qu’elle entretient avec son enfant. Le.la lecteur.rice découvre ici une période de la vie de Voyer-Léger où le mouvement semble atténué et, en même temps, appréhende sa vision de l’enfance.

Dans le texte intitulé Intérieur nostalgie, par exemple, sont évoqués la difficulté de Voyer-Léger à se souvenir des épisodes de sa jeunesse et la surprise de les retrouver en tombant sur une poupée à la joue étoilée qui l’avait accompagnée lorsqu’elle était enfant. Suivent des réflexions sur le pardon qui est souvent accordé aux parents lorsque l’on devient à son tour  géniteur, sur le retour en enfance ainsi que sur le désir de tout donner à son enfant avant que celui-ci ne le demande.

La seconde catégorie de textes présente des endroits visités par Voyer-Léger lorsqu’elle était “en mouvement”. Si les titres des différents billets évoquent, pour la plupart, des villes du Québec et d’ailleurs, dans cette section on ne trouve pas forcément des récits de récits de voyage ou de simples descriptions de lieux significatifs. L’espace, les lieux, les villes traversées ou visitées sont indissolublement liées à la réflexion, au souvenir ou à l’évènement dont ils ont été la scène.

Ainsi, dans Le Bic, l’autrice relate ses moments passés près du fleuve Saint-Laurent et dévoile son émotion face à la beauté du havre, tout en faisant allusion à un sentiment ambigu, à un “ultime espoir (…) qui (…) tire vers la certitude pour mieux (…) pousser vers la défaite”. Dans Montfort, le souvenir de la maison natale devient l’occasion pour une réflexion sur la nostalgie. Dans Caraquet, on évoque la frénésie d’un déplacement professionnel, arrêtée soudainement par “trente secondes” d’émerveillement provoqués par le spectacle de la baie, “de l’horizon qui confond mer et ciel allègrement”. 

Le dernier regroupement de microrécits se concentre sur la transition d’un lieu à l’autre, voire sur l’Entre-deux qui donne le titre à la section. Chaque texte de cette partie du blog présente des réflexions  recueillies lors de déplacements, en voiture, en train ou en avion. Dans l’un de ces textes, qui relate d’un voyage en avion, on décrit notamment le “sentiment du non-lieu” que l’on éprouve en étant à bord, à mi-route entre le ciel et la terre, entre un pays et celui confinant, entre un fuseau horaire et un autre.


Ressources éducatives

Éducation

Mouvements se prête à différentes activités en lien avec l’écriture numérique.

Empruntant le format du blog littéraire, l’œuvre est tout à fait adaptée à introduire le concept d’écriture numérique. On pourrait inviter les élèves à identifier les caractéristiques de l’écriture sur le blog (la dimension bimodale, la publication antéchronologique, la possibilité de recevoir des commentaires de la part des lecteur.rice.s) et à dégager les particularités de Mouvements : la possibilité de lire de manière non linéaire ; la complémentarité des images et des textes ; les différences de style entre un billet et l’autre ; la staticité de l’interface d’ouverture dans une œuvre qui interroge la notion de mouvement.

L’articulation de textes et images offre la possibilité d’envisager un travail similaire et de développer un exercice de recréation en suivant les mêmes contraintes. Les élèves pourraient eux.elles-mêmes écrire des microrécits portant sur divers moments de leur vie et de leurs trajectoires. La publication numérique des écrits des élèves pourrait être mise en œuvre par l’enseignant.e en utilisant un blog de classe ou bien en créant une page dédiée sur les réseaux sociaux.

Les thèmes du mouvement et de la trajectoire pourraient être également analysés en classe. Ces concepts et la représentation que leur donne Voyer-Léger invitent à se questionner quant à sa propre définition de la “trajectoire” et de son incidence pour le chemin individuel et collectif de chacun.e. Les élèves pourraient discuter et partager leurs propres histoires associées au mouvement, tant en relation à l’espace physique qu’à l’évolution et au développement personnel.

Les figures de style étant très présentes, elles pourraient être exploitées pour des analyses spécifiques, ainsi que pour engager un travail interprétatif autour d’expressions ciblées.

La lecture du blog par les élèves offrirait également la possibilité de travailler le jugement critique : les élèves pourraient juger des textes à l’aide de divers critères d’appréciation, voire utiliser l’espace des commentaires du blog pour s’exprimer. Cet exercice pourrait, par ailleurs, mener à une réflexion sur la nétiquette : comment s’adresser à un.e auteur.rice contemporain.e pour lui signifier son appréciation ou ses critiques de manière publique?

Création

Catherine Voyer-Léger a reçu une bourse de création du Conseil des arts de l’Ontario pour réaliser ce projet.

Sa démarche est décrite, de manière très poétique, dans le prologue du blog.