haut

Streamer la littérature numérique sur Twitch

Une émission sur la littérature  

Découvrir la littérature numérique, que ce soit pour son propre usage ou pour l’enseignement, n’est pas toujours simple : s’il existe des répertoires (au NT2, à la CRCEN, sur Pline, etc.); il n’est pas toujours facile de trouver les œuvres ou les formes littéraires qui conviennent à chaque lecteur.rice. 

C’est en partant de ce constat que l’émission Corpus a été créée : explorer en direct des œuvres, montrer concrètement ce qu’elles contiennent, comment elles sont manipulées ou quels types d’expériences sont proposées afin de donner aux lecteur.rices le goût de les lire et assez d’information pour aller à leur rencontre.

Corpus est une émission hebdomadaire créée et animée par Emmanuelle Lescouet qui s’est tenue tous les lundis matin de l’année universitaire 2021-2022. Chaque semaine, une ou plusieurs œuvres étaient présentées en direct sur la chaîne Twitch.tv de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. Ce billet est un retour d’expérience, écrit à la fin de la première année de diffusion de l’émission Corpus. Les épisodes sont à retrouver sur la chaîne YouTube du projet. 

Chaque séance s’organise de la même façon, de manière à lier les épisodes entre eux : tout d’abord une présentation de la forme générale présentée (bande défilée, visual novel ou notifiction, par exemple); suivie d’une brève introduction de l’œuvre du jour (auteur.rice.s, année de publication…) et enfin, pour le plus gros de la séance, une manipulation commentée et en direct de l’œuvre. 

L’enchaînement des épisodes a permis d’établir en une année une base de plus de 50 œuvres documentées. 

Pourquoi partager en direct ?

En littérature (et pas seulement en littérature numérique), nous ne sommes pas forcément habitué.e.s à ce format d’expérimentation en direct des œuvres qui nous occupent; Twitch étant historiquement utilisé pour des directs en jeux vidéo. Ce détournement du média est cependant un avantage du numérique : il y est toujours possible d’inscrire de nouvelles pratiques dans des cadres semblant institués.

La question de l’archive est également fondamentale dans la réflexion actuelle sur la littérature numérique; prendre en main l’archive, et donc l’institutionnalisation de la littérature numérique, est essentiel pour les praticien.ne.s. 

Pour les œuvres numériques, la manipulation demeure importante : elles sont des composantes principales de l’expérience. L’avantage du direct vidéo est de ne pas pouvoir masquer les hésitations, ces moments où la manipulation accroche. Avec cette forme, il est ainsi possible de percevoir le rythme réel de l’œuvre, là où les dynamiques temporelles peuvent être difficiles à retranscrire dans des analyses textuelles. Or, la vidéo produite permet cette observation.

Ce type de direct permet aussi d’avoir une audience présente, qui interagit directement avec le déroulé de l’émission – par l’intermédiaire du clavardage, pour l’émission Corpus

Création de ressources

Certaines émissions de Corpus ont déjà été consacrées à des œuvres de littératures destinées à la jeunesse, comme l’album Avec quelques briques ou Nurot. Ou plus largement, à des œuvres pouvant par la suite être utilisées dans d’autres contextes, notamment scolaires. Expérimenter une œuvre peut prendre du temps, et souvent leur accès est payant. Au-delà de son achat, la dépendance aux matériels peut également être un frein. Et même si les tablettes se démocratisent en classe, la multiplicité de ces matériels de lecture (téléphones intelligents, tablettes, consoles) pose un problème auquel tente de répondre l’émission Corpus. En effet, disposer aisément d’un aperçu vidéo de l’œuvre peut aider les professionnel.le.s enseignant.e.s à se familiariser avec ces œuvres et plus largement, avec les formes littéraires numériques disponibles. N’oublions pas que la diversité des œuvres et leur possible disparition peuvent également être des entraves à leur exploitation en salle de classe. Des captations de ce type peuvent pallier, au moins partiellement, cela afin d’avoir un aperçu d’œuvres dont les supports de lecture ne sont pas ou plus disponibles, par exemple, ou pour des œuvres trop anciennes ou trop chères. 

Enfin, ces ressources offrent la possibilité de ne consulter que certains passages pertinents et non l’intégralité de l’œuvre, ce qui, pour un cours thématique, peut être un véritable atout.

Pour aller plus loin

Un billet écrit à mi-parcours de l’année scolaire, en décembre.

Un billet technique sur le Carnet de la Fabrique du Numérique.