haut

Réalité augmentée

La réalité augmentée (RA) est un procédé technologique qui consiste à associer en temps réel des contenus virtuels à des objets du monde physique (Azuma, 1997). On dit que celui-ci est «augmenté», car la machine lui superpose une nouvelle couche d’information, les éléments numériques enrichissant directement l’environnement de l’utilisateur·rice (Dugas, 2018; Ibáñez et Delgado-Kloos, 2018). 

Si l’on prend l’exemple de la littérature augmentée, la lecture de l’œuvre se fait à la fois dans le livre imprimé et par le biais d’un dispositif technologique tel qu’un appareil mobile. Celui-ci permet alors d’afficher des contenus numériques à même les pages (ex: images fixes, images animées, son, composantes interactives, etc.) 

Ainsi, la RA ne sollicite pas uniquement le système de perception visuelle des utilisateur·rice·s; elle fait aussi appel à leur proprioception en stimulant les sens auditif et tactile. De cette façon, elle occasionne un sentiment de présence dans des environnements artificiels et un sentiment de proximité avec des éléments virtuels intégrés à la réalité physique.

Afin de déterminer quoi, quand et où placer le contenu en RA, il existe trois grandes catégories de déclencheurs: ceux avec marqueurs, ceux sans marqueurs et la géolocalisation (Dash et al., 2018).

Photo de Tobias extraite de Unsplash

La RA avec marqueurs

Ce type de RA utilise la caméra de l’appareil mobile afin de détecter un ou des éléments visuels prédéterminés (les marqueurs). Ces repères sont ensuite utilisés pour activer et positionner des contenus dans l’espace (Dash et al., 2018). Par exemple, lorsque l’on pointe la caméra de l’appareil sur une image augmentée, celle-ci est en mesure d’y reconnaître des composantes visuelles spécifiques et d’y ancrer le contenu qui y est associé.

Exemples: livres, affiches, visites guidées augmentées.

La RA sans marqueurs

Photo de UNIBOA extraite de Unsplash

À l’inverse de la RA avec marqueurs, la RA sans marqueurs n’a pas besoin de connaître l’environnement de l’utilisateur·rice à l’avance. Elle utilise plutôt l’accéléromètre et la caméra de l’appareil mobile pour définir la forme, la taille et l’orientation des surfaces à proximité. Elle se sert ensuite de ces informations pour déterminer de quelle façon le contenu en RA peut s’y attacher. 

Exemples: logiciels de décoration intérieure, d’essayage de vêtements ou de maquillage. 

La RA géolocalisée

Ce type de RA utilise les coordonnées de l’appareil mobile ainsi que son orientation pour activer et positionner le contenu (Réveillac, 2013). Conséquemment, celui-ci est inhéremment lié à une location précise.

Exemples : Oeuvres d’art publiques, jeux vidéos, cartes interactives.

Afin de visionner le contenu en RA, il existe deux types de plateformes :

Photo de Mika Baumeister extraite de Unsplash

Application mobile

La consultation de contenus en RA liés à une application mobile requiert que celle-ci soit préalablement téléchargée sur un appareil. Ces applications peuvent être générales ou bien associées à un contenu spécifique  (ex. : un jeu, un livre, un musée, etc.). La plupart permettent uniquement la réception des contenus embarqués. Cependant, un nombre grandissant d’entre elles commencent à offrir également des outils de création et/ou de diffusion.

Sur le web

Le contenu en RA de ce type est hébergé sur Internet. Ainsi, le spectateur ou la spectatrice n’a qu’à pointer la caméra de son téléphone sur un code QR pour y accéder. Le grand avantage de cette méthode de diffusion réside dans sa simplicité d’utilisation. En effet, l’utilisateur·rice n’a pas à télécharger une application différente pour chaque contenu en RA qu’iel souhaite consulter. Or, à l’heure actuelle, utiliser cette option pour diffuser de la RA est coûteux et requiert une certaine expertise technologique. Ainsi, elle est plus difficilement accessible aux créateur·rice·s amateur·rice·s.

Propulsé par la démocratisation du téléphone intelligent, le domaine de la RA progresse à une vitesse fulgurante (Di Serio et al., 2013). Cependant, le bassin de plateformes de RA a longtemps eu tendance à être instable, affectant du même coup la pérennité des contenus qui y sont hébergés. Ceci étant dit, nous observons graduellement une maturation de cette technologie pour l’interface mobile; cette avancée est d’un grand intérêt pour le réinvestissement en milieu éducatif. Gardons l’œil ouvert!


À retenir :

  • Les catégories de déclencheurs (avec marqueur, sans marqueur, géolocalisé)
  • Les types de plateformes de contenu en RA (sur application, sur le web.)
  • Début de maturation de la technologie et plus grande accessibilité de la composante création pour des utilisateur·rice·s amateur·rice·s.

Il conviendra notamment que les jeunes sachent :

  • Distinguer la RA de la RV.
  • Reconnaître les logiciels et les plateformes nécessaires pour accéder aux contenus en RA.
  • Reconnaître la RA dans leurs activités numériques usuelles (ex: filtres, jeux vidéos, etc.)
  • Accéder aux contenus en fonction des environnements et des contextes technologiques.

Comment citer cette page :
Blanchette, K. (2022, 25 juillet). Réalité augmentée. Lab-yrinthe. https://lab-yrinthe.ca/education/realite-augmentee