haut

Dans les coulisse de L’infiltré : rencontre avec Christian Lebel

par Marilou Gagnon

« L’infiltré » a été conçu par l’auteur David Dufresne et le studio Akufen de Montréal. Ce studio permet à des artistes numériques et à des développeur.se.s de créer des œuvres interactives. Christian Lebel, directeur technique et de production interactive, fait partie de l’équipe ayant mis sur pied l’application « L’infiltré ». Lab-yrinthe s’est entretenu avec lui.
Infopresse – « La baladodiffusion : lieu de tous les possibles (ou presque) » – 22 mai 2019

L’infiltré est une application de fiction politique inspirée de la campagne présidentielle française de 2017. Elle a été programmée pour suivre et évoluer en fonction des actualités sur la campagne de Marine Le Pen. Pouvez-vous nous expliquer son concept?

C’est à la fois un jeu, une enquête policière, un fil d’actualité et une œuvre de fiction uniquement disponible sur téléphone mobile. Il s’agit d’une application textuelle qui nous plonge dans une histoire fictive écrite en temps réel et basée sur des évènements de l’actualité.

Chaque choix fait par l’usagèr.e le ou la mène sur un chemin bien spécifique et dans une histoire propre à lui.elle, ponctuée de faits réels. Il est donc important de bien choisir ses réponses. C’est une histoire écrite en temps réel, donc personne ne peut se douter de la fin.

D’où est née l’idée de ce projet? 

L’idée de faire une application textuelle en temps réel vient de notre ami David Dufresne. C’est après quelques rencontres et brainstorm entre David et Akufen qu’est né L’infiltré.

Pour quelles raisons L’infiltré a-t-il intéressé l’équipe d’Akufen?

Son concept était original, son univers nous inspirait et on savait que cela pouvait bien fonctionner. 

Pouvez-vous nous décrire le processus de création et de développement de L’infiltré?

Nous avons commencé par quelques rencontres entre David Dufresne et Akufen pour conceptualiser l’application. C’est d’ailleurs dans ces rencontres que se sont ajoutées les idées d’utiliser un chronomètre, de s’adresser à la personne utilisant le jeu avec des notifications personnalisées en temps réel et de lui demander son nom pour personnaliser encore plus l’histoire.

Par la suite, nos designers ont donné vie à l’univers de L’infiltré. La signature graphique et le visuel de l’application font partie du succès de l’application.

Une fois les maquettes terminées, l’application est passée à l’étape du développement, de l’assurance qualité et de la mise en ligne sur les boutiques mobiles Apple et Android.

Comment se sont déroulées la production et la mise en ligne de l’histoire?

David écrivait l’histoire jour après jour via un outil d’écriture non linéaire appelé Twine. Une fois le texte terminé, il téléversait son nouveau passage sur un serveur et l’application des utilisateurs et utilisatrices se mettait à jour. 

Il écrivait ensuite une notification personnalisée qui s’envoyait automatiquement à tous les joueur.se.s pour les inciter à continuer l’histoire où il.elle.s l’avaient quittée la dernière fois.

Pouvez-vous nous décrire l’équipe qui a travaillé sur le projet de L’infiltré

Un auteur / journaliste, un directeur de création et concepteur, un directeur technique et concepteur, des designers, des développeurs, un responsable assurance qualité ainsi qu’un concepteur sonore ont participé au projet.

Comment décririez-vous la collaboration avec le journaliste et auteur de L’infiltré, David Dufresne? 

Superbe, comme toujours. Nous n’en étions pas à notre premier projet avec David et, à chaque fois, la rencontre entre David et Akufen fonctionne à merveille.

Quelles ont été les principales contraintes du processus de création?

Le temps jouait contre nous, car il nous était impossible de déplacer la date des élections françaises, qui étaient le sujet de L’infiltré.

L’infiltré se déroule en France, mais l’application a principalement été conçue au Québec. Comment l’œuvre a-t-elle été reçue en France et au Québec? Avez-vous observé des différences?

L’application a été très bien reçue sur les deux continents. Même si l’histoire s’adressait à un public français, plusieurs joueur.se.s du Québec ont lu le récit. Cela permettait d’en apprendre plus sur les élections et l’actualité française, et ce, d’une manière différente.

Comment le public et les médias ont-ils réagi à l’histoire, qui mélange fiction et actualité politique?

L’application a eu beaucoup de succès et les critiques ont été très bonnes. Plusieurs médias français en ont parlé.

En quoi pensez-vous que l’expérience de lecture de L’infiltré ait changé maintenant que sa lecture est figée?

L’histoire est toujours intéressante, mais le temps réel y ajoutait beaucoup. Chaque notification ou nouveau passage de l’histoire était en lien direct avec l’actualité.  

Si vous pouviez intégrer une nouvelle fonctionnalité à L’infiltré, qu’ajouteriez-vous? 

Je donnerais la possibilité à la personne utilisant le jeu de changer la vitesse de défilement du texte.

Selon vous, à quel public peut s’adresser L’infiltré?

Toute personne aimant l’actualité, la politique ou qui veut tenter une expérience de lecture différente.

En tant que concepteur et expert du numérique, quels aspects (technologiques, littéraires, gestuels, etc.) vous semblent importants à valoriser lors d’une utilisation de L’infiltré en contexte scolaire?

Son format : l’application mobile nous permettait de rejoindre le.la joueur.se en tout temps, car nous avons toujours notre téléphone avec nous.

La longueur des textes : il y avait d’un à trois nouveaux courts passages par jour, ce qui permettait au.à la joueur.se de lire l’histoire durant la journée, soit pendant sa pause ou encore dans les transports en commun.

Les notifications en temps réel : les notifications de l’appareil mobile nous permettaient de parler aux joueurs rapidement même s’ils n’étaient pas directement à l’intérieur de l’application. On pouvait la contextualiser et ainsi faire revenir le.la joueur.se dans l’histoire.

L’univers graphique et sonore : même si l’application n’est que textuelle, l’environnement graphique et sonore ajoute beaucoup à l’ambiance.

Si nous avons aimé L’infiltré, quelles autres œuvres numériques nous recommanderiez-vous?

Hanna la rouge, qui est un autre volet de Phonestories et Lifeline du studio 3 Minute Games. À découvrir! 

Pour en savoir plus sur L’infiltré, consulter notre fiche descriptive de l’œuvre.